Libérez votre Ubiquiti Unifi Dream Machine

Réseau mars 29, 2021 10 min de lecture

Pour une fois, nous n'allons pas parler de Docker, mais de réseau, avec Ubiquiti !

Ubiquiti, si vous ne connaissez pas, est un fabricant de matériel proposant sous diverses marques (UniFi, EdgeMax, UISP, AirMax, AirFiber, GigaBeam et UFiber pour les citer) des équipements réseaux filaires et sans-fil pour les entreprises et les particuliers. Unifi est sa marque la plus répandue et présentant la plus large gamme.

En complément de cette activité matérielle, Ubiquiti développe ses propres logiciels de gestion, que ce soit Unifi Network Controller pour gérer leurs équipements réseaux, Unifi Protect pour la vidéosurveillance, Unifi Access pour les solutions d'accès à des bâtiments, ou bien le dernier en date, en bêta actuellement, Unifi Talk, la solution VoIP maison.

Nous sommes plusieurs sur notre communauté Telegram à être équipés en matériel Ubiquiti Unifi, notamment vos auteurs, Hexamus, Trashoune et Guillaume. Parmi la gamme variée de produits au catalogue, il en existe un, sorti récemment, qui cumule les fonctionnalités de plusieurs autres, l'Unifi Dream Machine.

L'Unifi Dream Machine (ou UDM) est un appareil tout-en-un incluant un point d'accès wifi, un switch Gigabit 4 ports, une passerelle de sécurité et le contrôleur Unifi Cloud Key intégré.

Une version Pro existe, rackable pour être intégrée dans une baie 19", avec un switch Gigabit 8 ports et 2 ports fibre SFP+, ainsi que tous les contrôleurs Unifi existants à ce jour, et la possibilité de lui ajouter un disque dur pour les enregistrements avec Unifi Protect.

Unifi Dream Machine Unifi Dream Machine Pro
Ports Gigabit RJ45 1 WAN + 4 LAN 1 WAN + 8 LAN
Ports 10G SFP+ Non 1 WAN + 1 LAN
Point d'accès Wifi Oui Non
Unifi Network Controller Oui Oui
Security Gateway Oui Oui
Unifi Protect Non Oui
Unifi Access Non Oui
Unifi Talk Non Oui
Processeur Quad-Core 1.7 GHz Quad-Core 1.7 GHz
Mémoire 2 GB DDR3 4 GB DDR4
Stockage 16 GB 16 GB
Emplacement Disque dur Non Oui
Débit maximal avec IDS/IPS 850 Mbps 3.5 Gbps
Prix officiel 299€ 383€
Achat Lien Lien

Après cette rapide présentation d'Ubiquiti et plus précisément des modèles Unifi Dream Machine et sa version Pro, passons au vif du sujet, à propos de ces 2 matériels justement. Propulsés par le système Unifi OS, il est possible de procéder à quelques améliorations, notamment pouvoir y installer des applications, parmi lesquelles Adguard, PiHole, Let's Encrypt, Wireguard...

Toutes les explications nécessaires à la mise en place de ces différentes modifications sont détaillées dans le dépôt Github suivant, et nous allons vous éclaircir un peu cette procédure :

boostchicken/udm-utilities
A collection of things I have made to make the Unifi Dream Machine more useful - boostchicken/udm-utilities

Prérequis

Pour nous permettre de faire les installations sur notre UDM, nous avons besoin de nous connecter en SSH en tant que root. Pour cela, dans l'interface UniFi, rendez-vous dans Settings > Advanced, puis activez le SSH et définissez un mot de passe. Vous pourrez ensuite utiliser Putty ou un autre terminal.


Première étape : On-Boot-Script

A chaque démarrage ou mise à jour du firmware, l'UDM se réinitialise (pas d'inquiétude, les réglages effectués dans les différents contrôleurs sont bien sauvegardés).
C'est là qu'intervient "On-Boot-Script", qu'on va mettre en place pour disposer de la mise en cache de tous les packages d'installation de style Debian et pour qu'ils soient exécutés au démarrage, un peu comme le fait init.d. Cela nous permettra de conserver et d'exécuter des scripts et des personnalisations pendant le processus de démarrage de l'UDM.

Commençons par nous connecter en SSH à l'UDM, avec le compte root et le mot de passe que vous avez choisi. Il faut ensuite basculer à l'intérieur de l'OS Unifi :

unifi-os shell

Vient ensuite le téléchargement du paquet et son installation :

curl -L https://udm-boot.boostchicken.dev -o udm-boot_1.0.4_all.deb
dpkg -i udm-boot_1.0.4_all.deb
exit

Voilà, c'est tout, votre Unifi Dream Machine est maintenant libérée et délivrée pour accueillir de nouveaux services !


Ajout de AdGuard en natif sur l'UDM

Voilà enfin venu le moment d'aborder ce qui a été à l'initiative de cet article, Adguard ! Suite au tutoriel de Guillaume sur AdGuard et ayant vu qu'il était possible de l'installer sur l'UDM directement, je me suis dit que cela serait bien que je mette ça en place.

Mais comment va-t-on faire tourner AdGuard sur l'UDM ? L'installer directement sur Unifi OS n'est pas forcément la meilleure solution... Ah, le dépôt Github parle de conteneurs !

Mais pourquoi je vous parle de conteneurs ?
En effet, j'ai dit en introduction qu'on n'allait pas parler de Docker ! Mais c'est vrai, parce qu'on va parler de conteneurs podman ! Pour faire vite, podman est un moteur de conteneurs, similaire à Docker, mais qui tourne sans droits root grâce au lancement de chaque conteneur dans son propre démon.

Bon, fermons cette parenthèse, et mettons nous au travail !

Il faut commencer par créer un nouveau réseau dans le contrôleur Unifi, et sans DHCP. Dans notre exemple, nous allons utiliser le VLAN 5 et le sous-réseau 10.0.5.1/24 (plus simple car c'est celui qui est défini dans les scripts que nous allons utiliser), mais vous pouvez choisir le VLAN et l'IP que vous voulez.

On retourne ensuite sur le terminal SSH de notre UDM, où il faut télécharger le fichier 10-dns.sh dans le répertoire /mnt/data/on_boot.d.

curl -L https://raw.githubusercontent.com/boostchicken/udm-utilities/master/dns-common/on_boot.d/10-dns.sh -o /mnt/data/on_boot.d/10-dns.sh

Vous devrez modifier dans les premières lignes du fichier le VLAN et les adresses IP pour suivre votre configuration, ainsi que la ligne 28 où il faut renseigner le nom du conteneur, dans notre cas adguardhome. Pour éditer le fichier, la commande est la suivante : vi /mnt/data/on_boot.d/10-dns.sh.

Petite aide rapide pour utiliser vi :

  • Utilisez la touche i pour passer en mode édition.
  • Enregistrez vos modifications en quittant le mode édition en appuyant sur Esc
  • Enfin, sauvegardez en tapant :wq puis Enter

    Une fois le fichier téléchargé et adapté, nous devons le rendre exécutable et l'exécuter une première fois.
cd /mnt/data/on_boot.d
chmod +x 10-dns.sh
./10-dns.sh
Pas d'inquiétude ! L'erreur est normale à la première première exécution. Tout n'est pas encore configuré pour le moment.


Continuons avec la création de l'adresse mac dédiée au conteneur podman adguardhome sur le vlan. Pour cela, téléchargez le fichier 20-dns.conflist dans le répertoire /mnt/data/podman/cni. Comme pour le précédent fichier, on utilise la commande curl. On utilise également à nouveau l'éditeur vi pour personnaliser l'adresse IP du conteneur podman adguardhome. L'adresse mac devra être du format suivant : 84:DD:B7:19:DA:08, vous pouvez laisser libre court à votre imagination (chiffres de 0 à 9 et lettres de A à F sont acceptées) ou utiliser un générateur d'adresse mac.

curl -L https://raw.githubusercontent.com/boostchicken/udm-utilities/master/cni-plugins/20-dns.conflist -o /mnt/data/podman/cni/20-dns.conflist
vi /mnt/data/podman/cni/20-dns.conflist

Nous allons maintenant créer les répertoires où AdguardHome va stocker ses données.

mkdir /mnt/data/AdguardHome-Confdir
mkdir /mnt/data/AdguardHome-Workdir

Nous pouvons enfin lancer le conteneur adguardhome :

podman run -d --network dns --restart always  \
    --name adguardhome \
    -v "/mnt/data/AdguardHome-Confdir/:/opt/adguardhome/conf/" \
    -v "/mnt/data/AdguardHome-Workdir/:/opt/adguardhome/work/" \
    --dns=127.0.0.1 --dns=1.1.1.1 \
    --hostname adguardhome \
    adguard/adguardhome:latest

Pour vérifier que vous avez tout bien suivi, il vous suffit de vous rendre avec votre navigateur sur l'adresse de conteneur que vous avez défini http://10.0.5.3:3000. Bravo, vous êtes sur l'interface d'initialisation d'Adguard Home et je vous renvoie vers l'article écrit par Guillaume pour sa configuration.

Dernière étape, il vous faut renseigner l'adresse IP d'AdguardHome en tant que DNS pour votre réseau.

Vous pouvez vérifier dans podman le conteneur adguardhome et par la même occasion constater qu'unifi-os est aussi lui-même un conteneur podman.

podman ps -a

Je dois avouer que j'ai rencontré quelques difficultés à comprendre les explications sur le github avant d'arriver à mon but, et qu'en plus j'ai rajouté des fautes de frappe, donc cela n'aidait pas.

En cas de difficultés dans l'application de ce tutorial, laissez un petit commentaire ou venez nous retrouver sur le canal Telegram, on vous aidera de notre mieux.

Externalisation des sauvegardes du contrôleur Unifi

Unifi propose par défaut de réaliser des sauvegardes périodiques de la configuration du contrôleur, avec une gestion de la rotation de celles-ci. L'inconvénient est que les sauvegardes sont réalisées en local uniquement, ce qui est n'est pas optimal au cas où votre équipement vient à rendre l'âme.

Pour remédier à ce détail non négligeable, un projet existe pour envoyer les sauvegardes du contrôleur sur un FTP. Nous allons mettre en place cette solution et par la même occasion en profiter pour exporter les données d'AdGuard Home.

Pour commencer, récupérons le script 80-udm-backup-ftp.sh, toujours sur le même dépôt Github.

curl -L https://raw.githubusercontent.com/hexamus/udm-backup-ftp/main/on_boot.d/80-udm-backup-ftp.sh -o /mnt/data/on_boot.d/80-udm-backup-ftp.sh

Editons ce script avec la commande vi /mnt/data/on_boot.d/80-udm-backup-ftp.sh pour définir le serveur FTP (ainsi que les informations d'identification nécessaires) sur lequel les sauvegardes vont être effectuées.

FTP_SERVER={IP ou nom du serveur FTP}
FTP_PATH={chemin de sauvegarde}
FTP_USER={utilisateur du serveur FTP}
FTP_PASSWORD={mot de passe de l'utilisateur}

Il est également possible de configurer la fréquence d'exécution du script, qui doit être en adéquation avec votre fréquence de sauvegarde du contrôleur. Par défaut, le script est configuré pour être exécuté toutes les 30 minutes : CRON_SCHEDULE='30 * * * *'. Pour mieux comprendre comment écrire la planification d'un cron, je vous dirige vers le site crontab guru.
La dernière personnalisation du script que nous pouvons faire est de commenter les lignes indiquant les éléments que vous ne souhaitez pas sauvegarder, en ajoutant un # en début de ligne, comme pour la ligne qui indique le chemin des fichiers d'Unifi Protect.

SDN_MOUNT="/mnt/data/unifi-os/unifi/data/backup/autobackup:/backups/unifi:ro"
# you can comment next line to disable protect backup (or if protect is disabled on your UDM)
# PROTECT_MOUNT="/mnt/data_ext/unifi-os/unifi-protect/backups:/backups/protect:ro"
# you can comment two next line to disable AdGuardHome backup 
ADGUARDCONF_MOUNT="/mnt/data/AdguardHome-Confdir:/backups/adguardconf:ro"
ADGUARDWORK_MOUNT="/mnt/data/AdguardHome-Workdir:/backups/adguardwork:ro"

Nous allons rendre le script exécutable, télécharger l'image podman puis lancer le script avec les commandes suivantes :

chmod a+x /mnt/data/on_boot.d/80-udm-backup-ftp.sh
podman pull docker.io/aessing/udm-backup-ftp
cd /mnt/data/on_boot.d/
./80-udm-backup-ftp.sh

Vous venez de regarder le répertoire de destination de vos sauvegardes sur votre serveur FTP mais celui-ci est vide... C'est normal, vous avez seulement configuré le lancement du conteneur qui va pousser les sauvegardes vers votre serveur FTP, il faut maintenant attendre la première exécution automatique de l'export suivant la fréquence que vous avez configuré.
Si vous ne trouvez aucun fichier après la première planification, vous pouvez consulter les logs d'exécution avec la commande suivante :

tail -n 50 /var/log/cronjobs.log

Maintenant que la sauvegarde du contrôleur est exportée, nous allons voir comment gérer la rotation des sauvegardes, n'ayant pas besoin de les garder indéfiniment.

J'utilise mon NAS Synology comme serveur FTP, et il est possible de supprimer les fichiers les plus vieux d'un dossier spécifique en mettant en place une tâche planifiée. On va définir une programmation correspondante à la fréquence des sauvegardes du contrôleur, après la sauvegarde et son export en FTP.
Pour ma part, je fais une sauvegarde du contrôleur Unifi une fois par semaine le dimanche à 2h00, j'ai donc créé la tâche sur le Nas pour tourner tous les lundi à 3h.
Maintenant, la partie la plus importante, le script qui va lister et supprimer les fichiers.

printf "\n Suppression automatique des sauvegardes de plus de 15 jours.\n"
printf "Liste des sauvegardes UniFi supprimées : \n"
find /volume1/CHEMIN_DE_LA_SAUVEGARDE -mindepth 1 -maxdepth 1 -user USER -ctime +15 -execdir rm -rf {} + -printf '%f \r'

Vous devez bien entendu spécifier le chemin de vos sauvegardes et l'utilisateur avec lequel sont créées les sauvegardes, pour limiter la suppression de mauvais fichiers. Vous pouvez recevoir un mail de rapport du script si vous le souhaitez.

Attention ! La commande -execdir rm -rf {} + est la commande de suppression.
Conseil ! Supprimer cette partie du script le temps de faire des test.

Vous pouvez simplement exécuter le script et voir le résultat de celui-ci grâce à l'interface du Synology.


Voilà, ce tutoriel est arrivé à sa fin, on a pu voir ensemble ce qu'était l'Ubiquiti Unifi Dream Machine et comment améliorer les services qu'il peut nous proposer, en hébergeant Adguard Home, et en externalisant les sauvegardes du contrôleur, pour s'assurer de pouvoir retrouver notre configuration réseau en cas de panne matérielle. Je vous conseille au minimum de suivre cette dernière partie.

Si vous avez des questions, n'hésitez pas à laisser un commentaire ou venir échanger avec nous sur notre groupe Telegram.

Mots clés